Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Avec l'annulation du PLU de Goness, le contre-projet agricole Carma peut rendre forme


Anne Gellé, présidente de Terre de Liens Ile de France et Robert Spizzichino, président de Carma.

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a annulé, ce 12 mars 2019, le plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse, dans le Val-d’Oise, modifié en 2017 dans le but de faire place à Europacity, vaste complexe commercial  Le contre-projet Carma (Coopération pour une ambition agricole, rural et métropolitaine d’avenir) a l'ambition de maintenir les terres agricoles, très fertiles sur ce secteur, et d’y développer l’emploi, la formation, en y  recréant du lien entre les habitants.

« Nous nous sommes structurés en collectifs, afin de contrer ce projet absurde de méga complexe commercial et maintenir des terres agricoles très riches », expliquait Robert Spizzichino, urbaniste et président de Carma, au  salon de l’agriculture, le 2 mars. « Nous voulons stopper l’urbanisation de 248 ha de terres agricoles », insiste-t-il. « Il y a un vrai patrimoine à préserver sur ce secteur », reprend le bénévole.

Le projet Carma propose le développement des fermes maraîchères, des vergers, de l’horticulture et de l’apiculture, et de faire revenir l’élevage. « Nous proposons d’intégrer des Fab Labs, des centres de formation, des jardins familiaux et associatifs, qui créent du lien social et renforcent l’autonomie alimentaire », renchérit Anne Gelé, présidente de Terre de Liens Ile de France, porteur du projet. « Nous voulons développer des techniques d’agroécologie au service de l’alimentation et du bien-être de la population locale », poursuit Robert Spizzichino.

 

« Gonesse, c’est le blé, la meunerie, complète-t-il, le pain de Gonesse,
autrefois était réputé jusque dans la capitale... Et si on le remettait au goût du jour ? »

 

Afin d’avancer sur le sujet, des discussions financières sont en cours avec Miimosa et la Banque Postale pour soutenir ce projet qui s’inscrit complètement dans la politique nationale, avec la multiplication des Projets alimentaires territoriaux (PAT).

Quant à Europacity, la ville de Gonesse a d’ores et déjà annoncé qu’elle ferait appel de cette décision et la société du Grand Paris reste autorisée à construire une gare en plein champs. « Malgré les études économiques mettant en doute la solidité du projet, malgré les méfaits sur l'environnement et la qualité de vie, le grignotage des terres agricoles (…) malgré toutes les alertes sur le climat et la biodiversité, Gonesse semble s’obstiner », souligne l’association France nature environnement (FNE) qui se bat aux côtés de Carma.

Les 18 et 19 mai 2019, la Fête des Terres de Gonesse mobilisera élus et citoyens pour « parler d'un projet avec bien plus d’avenir pour ces terres »;

Ci-dessous, Anne Gellé, présidente de Terre de Liens Ile de France et Robert Spizzichino, président de Carma.

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte