Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Taille du texte: +

Un visuel incroyable réalisé par l'inserm

 

Même si nous nous éloignons quelque peu des agricultures urbaines, nous relayons un travail scientifique magnifique et d'actualité criante de chercheurs qui nous révèlent une image des Coronavirus SARSCoV2, responsables de la maladie #COVID19.

 

 

En publiant cette photo, l'INSERM précise qu'il s'agit "des toutes premières images du virus SARS-CoV-2 isolé à partir des premiers patients pris en charge à l'Hôpital Bichat Claude-Bernard, AP-HP en janvier 2020".

"Les virus sont accrochés à des cellules épithéliales au niveau des cils du pôle apical (pôle de la cellule tourné vers le milieu extracellulaire). Pour les observer, les chercheurs de l’Inserm, du CNRS, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de la startup Signia Therapeutics ont reproduit les conditions d’infection dans un épithélium respiratoire humain reconstitué".

Les images ont été obtenues par microscopie électronique à transmission au sein du laboratoire VirPath - Centre International de Recherche en Infectiologie, avec l'appui de la plateforme (CIQLE).

 

Un essai européen

 

Un essai clinique européen destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19 a démarre le 23 mars. Coordonné par l’Inserm dans le cadre du consortium Reacting, cet essai inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères du COVID-19.

Un essai clinique, baptisé Discovery et coordonné par l’Inserm dans le cadre du consortium Reacting, démarre en France pour tester quatre traitements expérimentaux contre le COVID-19. Il s’agit d’un projet européen[1] dont la partie française est financée par les ministères de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) et de la Santé et des Solidarités (MSS)..Il est piloté par Florence Ader, infectiologue dans le service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital de la Croix-Rousse au CHU de Lyon et chercheuse au Centre international de recherche en infectiologie CIRI (Inserm/CNRS /Université Claude Bernard Lyon 1).

L’objectif est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de quatre stratégies thérapeutiques expérimentales qui pourraient avoir un effet contre le Covid-19 au regard des données scientifiques actuelles.

 

Des espoirs 

 

"Nous avons analysé les données issues de la littérature scientifique concernant les coronavirus SARS et MERS ainsi que les premières publications sur le SARS-COV2 émanant de la Chine pour aboutir à une liste de molécules antivirales à tester : le remdesivir, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, ce dernier traitement étant associé ou non à l’interféron bêta, et l’hydroxychloroquine. La liste de ces médicaments potentiels est par ailleurs basée sur la liste des traitements expérimentaux classés comme prioritaires par l’Organisation Mondiale de la Santé.

La grande force de cet essai est son caractère "adaptatif". Cela signifie que très rapidement les traitements expérimentaux inefficaces pourront être abandonnés et remplacés par d’autres molécules qui émergeront de la recherche. Nous pourrons donc réagir en temps réel, en cohérence avec les données scientifiques les plus récentes, afin de mettre en évidence le meilleur traitement pour nos malades", explique Florence Ader.

"Cet essai est conçu de façon pragmatique et adaptative. Il a pour but d’analyser l’efficacité et la tolérance des options thérapeutiques pour les patients dans un temps limité. C’est une démarche de recherche résolument proactive contre la maladie", conclut Florence Ader.

Cet essai va par ailleurs complémenter les données  recueillies au cours d’un autre essai clinique international qui se fera  sous l’égide de l’Organisation Mondiale de la Santé, et baptisé du beau nom de Solidarity.

Pour aller plus loin

C.N. avec l'INSERM

 

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte