Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Taille du texte: +

Désertificialiser et renaturer les villes : un potentiel immense

Les villes regorgent de sols imperméabilisés confinés sous le béton, l’asphalte, les dalles ou encore le bâti. Certains de ces espaces sont techniquement en mesure de faire l’objet d’une renaturation, c’est-à-dire un retour à la pleine terre voire d’un retour à l’état naturel, agricole ou forestier.Un atelier en webconférence sur ce sujet est proposé par Marc Barra et Gwendoline Grandin, écologues de l'ARB îdF, L'Institut Paris Region, le 1er avril de 14h à 17h.



Les initiatives ponctuelles se multiplient en France mais ont encore du mal à se généraliser. Est-ce en raison d’un manque d’outil pour quantifier le gisement, de coûts trop élevés, de manque de connaissances scientifiques sur la renaturation, d’un manque d’audace…? Peut-on s’appuyer sur une politique de désimperméabilisation et de renaturation pour atteindre le « zéro artificialisation nette » ? Comment mettre en œuvre une stratégie de renaturation cohérente au regard des autres enjeux environnementaux (continuités écologiques, canicule, gestion de l’eau, carences en espaces verts, résilience face aux risques naturels). Sous quelles formes peuvent s’incarner les initiatives de renaturation et à quelles échelles ?

 

Les intervenants 

 

Guillaume Lemoine : ingénieur écologue - Établissement public foncier des Hauts-de-France
Marie Verrot : cheffe de projet Développement durable ; Flore Gaignard : directrice de projets ; Fabrice Cabrejas : directeur d'agence - Nexity
Sébastien Derieux : chargé d’opérations - Agence de l’eau Seine-Normandie
Delphine Chalumeau : chargée de projets et développement - Centre d’Écologie urbaine de Montréal
Xavier Marié : directeur, Sol Paysage
Atelier animé par Frédéric Denhez, journaliste spécialiste de l'environnement.

 

Ressources

 

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte