Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Taille du texte: +

Au Salon de l'agriculture, l'arrivée de nouveaux acteurs montre l'ouverture à d'autres pratiques

 

Le Salon international de l’agriculture ouvrira à nouveau ses portes dans quelques jours, prêt à accueillir sa foule de visiteurs, sur neuf jours. Sur le thème "l’agriculture vous tend les bras", quel message véhicule ce salon aux urbains en quête de sens et de plus en plus sensibles à l’écologie et une alimentation saine et locale? L’agriculture urbaine, présente cette année aux travers de plusieurs entreprises et organisations, serait-elle là pour créer ce lien entre urbains et ruraux et contribuer à ce que l’agriculture ne se résume pas à une journée à admirer et photographier de beaux spécimens…

Sur cette édition 2020 du SIA, l'arrivée riche de sens du département de Seine-Saint-Denis, dans le hall 4. InSeineSaintDenis sera une des preuves concrète que l’agriculture se redéveloppe aux portes de la capitale. La marque de territoire lancée par le Conseil départemental il y a maintenant trois ans s’appuie sur plusieurs axes dont celui de la mise en avant de la production et de la création "Made In Seine-Saint-Denis".

 

En 2019, naissait en effet cette marque et le site dédié recensant près de 400 lieux d’agriculture urbaine. "Notre but est de favoriser les circuits courts, de montrer aux habitants que parfois à quelques mètres de chez eux, même en milieu urbain, ils peuvent se procurer des produits locaux et également de remettre en avant le passé historiquement agricole de la Seine-Saint-Denis", expliquent les élus du département. Le stand s’appuiera sur plusieurs fermes urbaines, dont celle de Gally, celle des Possibles, Zone Sensible, la Sauge…. et sera animée par des producteurs. Il présentera aussi différentes formes de production agricole avec l'aquaponie notamment. "Notre ambition est avant tout de sensibiliser à l’existence de l’agriculture urbaine sur notre territoire et nous animerons le stand par le biais de dégustations, de temps d’échanges et de promotion des supports visant à favoriser la consommation ou la production locale", soulignent des organisateurs qui ont déjà tissé des liens avec les agriculteurs gersois.

 

Entrée en scène d’Agricool

 

Agricool fera son entrée en scène sur cette édition 2020, sur le hall 2 dédié aux productions végétales. L’entreprise française qui produit et commercialise des fruits et légumes cultivés dans des "cooltainers" veut proposer des "produits ayant du goût, cultivés sans pesticide et accessibles à tous", selon ses termes. Les agricooleurs ont déjà fait parlé d’eux, quelques jours avant l’ouverture des portes du Sia, avec l’inauguration des containeurs installés à la Courneuve. Agricool fera découvrir aux visiteurs du salon les coulisses d'une ferme urbaine en entrant à l'intérieur d'un container, à travers un casque de réalité virtuelle.

 

Infarm représentera l’agriculture indoor

 

InFarm, la start-up spécialisée dans l'agriculture urbaine d'intérieur, "combinant une agriculture verticale très performante avec les technologies modernes et la science des données" sera aussi présent, pour la première fois au Salon de l’agriculture. "La mission d’Infarm est d'aider les villes à devenir autosuffisantes dans leur production alimentaire en éliminant les déchets et en réduisant l'impact environnemental", affirmet ses fondateurs. Quelques fermes ont déjà été installées "à l'intérieur des supermarchés, pour une production 100% locale, sans pesticides". Les responsables d’Infarm veulent communiquer auprès des professionnels -producteurs, distributeurs, chefs « étoilés »- mais aussi des consommateurs. "Nous voulons faire découvrir une nouvelle méthode agricole et nous ferons déguster les produits issus de nos fermes : salades, herbes aromatiques". La start-up propose environ 50 variétés différentes.

 

 

Retour des Parisculteurs

 

Sous l’adage "La ville sera durable et résiliente une fois que notre système d'agriculture sera modernisé, repensé et préservé", la marie de Paris répond à nouveau présente sur le Salon de l’agriculture, hall 4.  "Les Parisculteurs" viendront témoigner comment ils "accompagnent un modèle agricole orienté vers le consommateur, en intégrant une production agricole locale pour commercialiser des produits de la région parisienne". Paris qui se veut une vitrine de la gastronomie française et des produits de qualité, souhaite aussi participer à « une interconnexion entre les populations urbaines et rurales, et favoriser de nouveaux liens avec des producteurs locaux axés sur des produits de qualité, selon les mots de la maire de Paris, Anne Hidalgo.

 

 

Nous pouvons aussi signaler la présence d’ A2PASD’ICI sur le pôle de la ferme digitale, dans le hall 4. La start-up propose un marché fermier indépendant implanté au cœur de la grande distribution, où les producteurs locaux peuvent promouvoir et proposer leurs produits en vente directe auprès des consommateurs. Et d'autres structures seront représentées sur les stands des régions, ou des départements français... 

 

Cette année, l’Association française d’agriculture urbaine (AFAUP), avec ses 80 adhérents a décliné, pour des raisons budgétaires entre autres, la proposition de Comexposium de représenter, comme elle l’a fait trois années de suite, la diversité des formes d’agriculture urbaine française, pour l'édition 2020. Plusieurs d'entre eux seront malgré tout présents, sur le stand des Parisculteurs. Un retour en 2021 est à espérer. 

Claire Nioncel 
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte