Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Taille du texte: +

Appel à projet urbain innovant (APUI) : retour des startups et acteurs agiles sollicités

Vue de l’entrée du futur bâtiment « la flânerie », lauréat Cash Nanterre, IMGP 2 - Crédit Passage Enchanté
Valentine de Lajarte – crédit Hugues-Olivier Brillouin

Cinq années après le lancement du premier Appel à Projet Urbain Innovant (APUI) initié par la Ville de Paris, Réinventer Paris, d’autres APUI ont été lancés par les villes et collectivités, faisant émerger de nouvelles propositions urbaines. Plusieurs petites structures innovantes et agiles se sont confrontées aux promoteurs traditionnels. Partager La Ville* publie une étude très inspirante, donnant la parole à une trentaine de ces protagonistes.

 

 

« L’engouement est général puisque, sur les seuls APUI de la région parisienne, plus de 1900 dossiers de candidature ont été déposés lors des 6 campagnes d'appel à projet et 153 lauréats ont été sélectionnés. Avec une moyenne de 14 acteurs par groupement sur les premières éditions, ces nouvelles formes de concours auront ainsi fédéré un nombre incroyable d'acteurs d'horizons divers », contacte d’emblée Partager la Ville.

 

Les mandataires sont de grands groupes

 

Ce sont généralement ces mandataires, ainsi que les architectes, aménageurs, énergéticiens, qui sont interrogés sur les APUI. La couleur innovante, sociale et solidaire des projets est souvent portée par des startups, petites structures mises en lumière dans les réponses. La parole leur a ainsi été donnée afin de comprendre quelle était leur place et leur ressenti, les acquis et les retours d'expérience de chacun par le biais du sondage. Après l'enthousiasme du début, les promesses ont-elles été tenues? les statups sont- elles prêtes à poursuivre l'expérience? et si oui, dans quelles conditions? Comment optimiser le processus et rendre concrètes les innovations dans les projets urbains?

56,4% Startups, dont 7.7% dans le domaine de l'Economie Sociale et Solidaire - 29,5% sont de petits cabinets de conseil, bureau d'études et TPE, dans des domaines de nouveaux concepts urbains. --10,3% sont des associations et 3,8% autres.

 

Retours d’expérience

 

Pour les startups, les Appels à Projets Urbains représentent « une charge de travail administrative lourde, une absence de financement, un retour sur investissement hypothétique à horizon 5 ans…. et aussi un tremplin pour créer des partenariats, un levier de communication, et ont un impact positif pour faire avancer les nouveaux concepts chez les citoyens. Les APUI sont plébiscitées… pour leurs retombées indirectes

Cette enquête propose enfin des pistes de réflexion visant à optimiser le processus des APUI afin de rendre concrètes les innovations proposées – en amont avant de lancer un appel à projet, puis une « mise à niveau des innovations » quand les projets se concrétisent, plusieurs années plus tard…..

Cependant, près des 2/3 des startups sont convaincues avoir eu un vrai rôle dans le choix du jury. Il est intéressant de constater que, malgré leur rôle non central dans l'élaboration du projet, les startups restent persuadées dans leur majorité que leur présence apporte un véritable atout au groupement.

 

Un tremplin pour percer

 

Leur motivation et leur implication est toujours forte, malgré parfois des déceptions lors des résultats - certaines ne sont pas informées, ne comprennent pas les raisons des choix des jury, dans un milieu de la construction qui préserve ses propres codes et habitudes.

Pour 85% des acteurs innovants, les appels à projet ont été une expérience positive pour leur structure, qui leur ont permis de communiquer et de faire connaitre leur innovation. Véritable tremplin, ils ont aussi permis de nouer de nouveaux partenariats sur d'autres projets, notamment par le biais du travail en groupement, et de développer l'activité de l'entreprise. Il faut noter combien la communication et la notoriété sont importantes dans les premières années d'existence des sociétés innovantes: soit pour lever des fonds auprès d'investisseurs qui parient sur l'avenir, soit pour donner confiance lors d'un développement alors que par essence l'innovation n'a encore jamais été développée.

 

Beaucoup de temps et d'implication

 

Les facteurs de temps et d'implication sont importants durant ces appels à projet, sans rémunération, comme en témoigne quelques commentaires. Mais malgré tout, il est intéressant de constater que travailler ensemble sur un projet, y consacrer tant d'énergie commune, permet de fédérer une équipe, de nouer des partenariats qui seront fructifiés sur d'autres réalisations que sur l'appel à projet lui -même.

Les lanceurs de projets, villes, aménageurs, collectivités, ne peuvent s'épargner une réflexion approfondie sur un devenir réaliste et souhaité pour et par les concitoyens, évitant ainsi le risque d'une lassitude sur les concepts d'APUI. Pour cerner et anticiper le lancement d'un appel à projet, il serait parfois utile d'être conseillé par des experts dédiés, avant même de lancer le concours.

Un autre point de vigilance souligne l'exigence du suivi sur la durée de la mise en œuvre, pour garantir que les promesses des candidats seront tenues et que les projets résisteront au temps et aux incertitudes. Afin d'apporter une solution au décalage entre le temps de l'innovation et le temps de l'immobilier, il pourrait être envisagé de proposer, le moment venu, un engagement de "remise à niveau" des innovations, via un nouvel appel à projet innovant pris en charge par le mandataire, sur des thématiques de sa réponse (mobilités, services aux habitants, santé….) . Ainsi, cela permettrait de réconcilier les timings en phase réalisation.

Claire Nioncel
Partager La Ville est une société de conseil spécialisée dans les domaines de la Smart city, dont l’objectif est de contribuer au développement d’une ville intelligente, durable, innovante, collaborative, et au service de ceux et celles qui l’habitent, Partager La Ville opère une veille régulière des dernières technologies, et un sourcing des Startups et PME innovantes. Depuis sa création en 2015, elle est intervenue sur près de 35 projets, dans des thématiques diversifiées comme celles de l’agriculture urbaine.