Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Taille du texte: +

Maître composteur : un métier du développement durable en plein boom

 Crédit photo : Valérie François.

Actuellement 8 millions de tonnes de déchets verts sont mis à la poubelle et incinérés chaque année. Mais d’ici 2025, le tri à la source des biodéchets sera obligatoire en France. Le compostage de proximité est une solution écologique et économique de plus en plus plébiscitée par les habitants et les collectivités. Pour mettre en place et accompagner l’installation de ces sites, un métier a vu le jour ces dernières années : Maître composteur.

 

 

 

« A Paris, comme dans toutes les grandes villes, le plus difficile c’est de récupérer de la matière sèche. On peut avoir du très bon matériel et bien savoir composter, si le composteur n’est pas autonome en broyat, il faudra trouver un moyen d’approvisionnement. Le maître-composteur doit prendre en compte ce genre de problème lorsqu’il fait son diagnostic de faisabilité », avertit Alan Le Jeloux, le directeur général d’Organéo devant une dizaine de stagiaires venus de toute la France se former pendant 10 jours au métier de maître composteur.

 

De plus en plus de personnes en reconversion professionnelle veulent devenir maître composteur

 

Face au composteur collectif autour duquel s’est installé la petite équipe, Patricia prend des notes. Ingénieure de recherche chez EDF depuis 26 ans, elle aspire à une nouvelle vie dans le sud-ouest. Elle s’est prise de passion pour le compostage en écoutant une émission de radio et espère monter son association de récupération et de compostage de déchets verts auprès des professionnels. « Nous avons des salariés de collectivité ou d’associations qui viennent se former chez nous mais depuis deux ans nous avons aussi de plus en plus de personnes en reconversion professionnelle. C’est dans l’air du temps de changer de travail pour retrouver du sens et des valeurs qu’on ne trouve plus dans son métier. Tout le monde peut avoir accès à ce métier. Il faut surtout avoir envie de transmettre », confie Alan Le Jeloux.

 

Les collectivités embauchent des maîtres composteurs

 

D’autres comme Nathalie envisage plutôt un emploi de salarié. « Les collectivités qui s’occupent de la gestion des déchets embauchent des maîtres-composteurs. Elles font aussi travailler des entreprises ou des associations comme la notre. Nous répondons à des appels d’offres et lorsque l’on gagne ce sont nos maîtres composteurs qui interviennent sur le terrain. Chez Organéo, nous avons déjà recruté et formé 8 maîtres composteurs », ajoute-t-il.

 

La formation Maître composteur inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)

 

La formation maître-composteur répond désormais à un référentiel définit par l’Ademe.

Chaque centre s’engage à dispenser les mêmes contenus conformément à ce référentiel. La liste de toutes les formations labellisées Ademe se trouve sur le site lesactivateurs.org

 « Depuis janvier, la formation est également inscrite au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles). Cela montre bien que nous avons un métier d’avenir. C’est aussi une reconnaissance de qualité », se réjouit Alan Le Jeloux. Cette inscription au RNCP va surtout permettre aux salariés d’utiliser leur droit à la formation pour financer leur projet. D’ici 2023, le tri à la source des biodéchets sera obligatoire. On peut supposer que cette loi va encourager le développement du compostage de proximité. Il faudra alors former et accompagner de plus en plus d’habitants à cette nouvelle pratique. « On estime qu’il y a actuellement 300 à 350 maîtres composteurs en France formés selon le contenu du référentiel Ademe. Il en faudrait 10 fois plus », affirme Alan Le Jeloux. Le métier semble donc avoir de beaux jours devant lui.

 

Le parcours Maître composteur dure 12 jours et se fait en plusieurs étapes sous forme de modules.

 Une formation Guide composteur de 2,5 à 6 jours

 2 jours et demi de modules fondamentaux au cours desquels sont abordés les bases du compostage de proximité. Le stagiaire choisit ensuite l’un des 5 modules de spécialisation. Cette étape est obligatoire pour accéder à la formation maître-composteur.

 

La formation Maître composteur de 7 jours

 La formation Maître composteur comprend 5 modules allant des compétences techniques approfondies sur le compostage au pilotage, l’organisation, l’animation et la mise en réseau des acteurs impliqués dans la gestion des déchets verts. A l’issu de la formation, pour valider leur cursus, les stagiaires devront réaliser un projet de compostage et le soutenir à l’oral devant un jury.

 

 

 Valérie François